DICTIONNAIRE AMOUREUX DE L'AIDANT

N comme Nuit ou petit protocole de survie pour les nuits à l’hôpital.

Les articles de cette rubrique « Dictionnaire amoureux de l’aidant» sont plutôt des mini-articles, des posts, des brèves qui font référence à des épisodes vécus dans l’accompagnement de Maman tout au long de sa maladie ou encore à des réflexions qui me traversaient ou me traversent encore la tête .

Ils sont accompagnés des dessins de Tof Fey, et je l’en remercie chaleureusement.

dessin 2

N comme Nuit ou petit protocole de survie pour les nuits à l’hôpital.

A la fin du chemin, au bout du bout, la maladie s’est accélérée et après un épisode (prochainement sur vos écrans) HAD (Hospitalisation à Domicile), nous avons dû conduire maman à la clinique. Elle a rapidement été apaisée et prise en charge dans les meilleures conditions possibles**  et j’ai été amenée à passer plusieurs nuits auprès d’elle.

Cela fait partie des épisodes les plus énigmatiques de ce parcours et peut être aussi de ma vie car dans un moment aussi difficile, j’ai fait preuve d’une stupéfiante sérénité. Je voudrais donc aujourd’hui partager cela avec les aidants et autres proches qui vivent ce genre de situation et leur confier mes petits secrets :

Mon petit protocole de survie pour les nuits à l’hôpital

  • Un petit coussin de plage (un doudou pour mes cervicales et mon cœur meurtri)
  • Un diffuseur d’huiles essentielles (pour que ça sente moins l’hôpital…). Je n’avais sur moi que des gouttes de menthe poivrée (pour les migraines), et si ce n’était pas l’essence la plus adaptée à la situation, ce fut quand même très agréable et l’odeur remportât un grand succès auprès des visiteurs, soignants et aides ménagères.
  • Mes écouteurs (indispensables pour ma musique relaxante ou mes podcasts)
  • Ma tablette (pour avoir toujours sous la main un film téléchargé ou de la musique ou encore des méditations guidées)
  • Mon nécessaire de toilette bien sûr mais sans oublier de quoi se faire belle, important de se sentir « moins moche que moche »  pour affronter la réalité au petit matin!
  • Du chocolat pour le moral

Et grâce à tout cela, je suis parvenue à lâcher prise, en me disant qu’on ne pouvait plus rien , qu’accepter la situation, pour ne pas transmettre mon stress à maman. Je suis persuadée que ça a réussi. Et je me dis bravo …. et je souhaite, du fond du cœur, bon courage à tous les aidants qui traversent cette épreuve. Faites de votre mieux et ce sera parfait.

** (je renouvelle toute mon admiration et mes remerciements au personnel admirable de la clinique Clémentville de Montpellier)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s