HUMEURS, LES FILEUSES

Rencontre avec Mélanie, Fondatrice de Hane Coaching

Pour moi, être une Fileuse c’est pouvoir consacrer mon énergie professionnelle à ce qui me passionne : les Relations Humaines, et ce, en utilisant un outil que j’affectionne tout particulièrement : l’Hypnose. Je m’épanouis totalement dans mon activité, elle me permet « d’être à l’écoute », de passer le temps nécessaire avec ceux qui en ont besoin, qui le souhaitent et de pouvoir les accompagner dans leur désir de changement. Je suis alignée avec mes envies, ce qui me donne un max d’énergie et de créativité…. Que je mets au service des autres : mes coachés, mais aussi ma famille, mes amis…

En 2015, tu as créé HANE COACHING, que peux-tu m’en dire ?

HANE veut dire “Plume” en japonais. Je trouve le mot tout doux, et doudou aussi ; Il porte une symbolique forte dans ma vie personnelle, mais c’est aussi l’acronyme pour Hypnose, Accompagnement, Nuance – se mettre en mouvement dans le changement avec nuance-Ecoute .

Et pour le mot « Coaching » ?

Coach de vie, coach professionnel, coach sportif. Aujourd’hui, ces références au métier font florès au risque d’être vidées de leur sens. Je conçois mon activité comme l’accompagnement du changement, la mise en mouvement, l’alignement de chacun avec ses envies profondes, un mieux vivre. Mais ne vous y trompez pas, derrière ce vocable du bien-être, je suis fière de d’accompagner les personnes à atteindre leurs objectifs comme par exemple, des adolescents en détresse scolaire qui obtiennent leur diplôme et qui accèdent au cursus universitaire voulu, des femmes jusque-là bloquées dans leur désir de grossesse qui parviennent à tomber enceintes, des personnes désireuses de surmonter leurs troubles alimentaires. Bref travailler les limites, les freins que toute personne a, lorsqu’il est question de changement.

Qu’est-ce qui t’a conduit à l’Hypnose ?

J’ai travaillé pendant 15 ans, principalement dans le secteur commercial. En 2012, à la naissance de ma fille, j’ai souhaité ralentir mon rythme professionnel et me suis posée la question de ce que j’avais vraiment envie de faire.

Je souhaitais être davantage à la maison, mais tout en poursuivant une activité. J’ai commencé à travailler à temps partiel pour un organisme de formation dans lequel j’ai côtoyé un public de jeunes et moins jeunes en réinsertion. Je me suis rendu compte de la portée de mon écoute , de mes analyses, de mon accompagnement, de leurs bienfaits, mais surtout des résultats obtenus.

J’ai souhaité professionnaliser mon approche et me suis renseignée sur les métiers d’accompagnement et les techniques proposées. J’ai vite été séduite par la méthodologie de l’école MHD et j’ai commencé un cursus de coach que j’ai complété avec les spécialisations en Hypnose Ericksonienne qui me passionnaient. Au bout de 2 ans, après avoir obtenu mes diplômes de Coach Sénior, Praticien puis Maitre Praticien en hypnose Ericksonienne et thérapie brève, j’ai décidé de m’installer à mon compte.

 De Commerciale à Hypno-Praticienne

Il a été difficile pour moi de me cantonner à ces diplômes tant le domaine de recherche et d’intervention en Hypnose est riche et passionnant. J’avais continuellement envie d’explorer le champ de recherches et de formation. Mais ce sont les évènements et les opportunités de la vie qui m’ont incitée à passer de l’apprentissage à la pratique. Au grès de rencontres et de recommandations de mon cercle de connaissances, j’ai commencé à conseiller un adolescent en préparation du bac, puis une amie en reconversion professionnelle, bloquée dans son stress et ses doutes. Avec eux, j’ai travaillé les fondamentaux : la confiance et l’estime de soi, et aussi la prise de parole en public. J’ai ensuite accompagné un directeur d’établissement dans la prise de ses nouvelles fonctions. Avec lui, il s’agissait de travailler les différentes façons de communiquer et leur impact selon le public : les équipes enseignantes, les parents, les élèves, ainsi qu’à la gestion du stress, et des conflits !

C’est comme ça, que tout doucement, j’ai concrétisé mon rêve : passer de l’écoute, à titre personnel vers mon activité de coach hypnopraticienne.

Tu peux me parler de l’hypnose, je sais que tu adores cet « outil ».

Oh oui, c’est vraiment mon outil de prédilection. C’est doux et puissant. Ça permet de faire appel aux immenses capacités du cerveau, de l’inconscient, « notre meilleur ami », celui qui nous connait mieux que personne. L’hypnose est un accélérateur, un « augmenteur » de ressources, il permet une introspection plus rapide, plus en profondeur. Ça bouge beaucoup plus vite avec l’hypnose. Du coup, on parvient rapidement à des mouvements du système.

Le coaché est motivé et il doit l’être. Moi, je suis juste ravie de lui permettre de trouver ses ressources et du coup, de débloquer certains verrous et à l’accompagner progressivement vers son objectif et vers un mieux-être. C’est magique : il faut prendre conscience que l’on a tous les ressources déjà en nous pour y arriver ! Moi je suis juste là pour accompagner la personne à trouver ses bonnes clés !

A l’heure où nous bouclons cette interview, nous vivons notre deuxième mois du confinement, en pleine crise sanitaire. Pourrais-tu nous donner 2 ou 3 conseils pour mieux vivre notre quotidien , ou préparer notre futur quotidien?

Oui, bien sûr. Le premier conseil que j’ai envie de donner est de bien utiliser son énergie. Ne pas lutter contre des choses qui nous sont imposées et contre lesquelles on ne peut malheureusement rien, comme le confinement par exemple !!! Garder son énergie pour soi, et puis pour ceux qui nous entourent. On en a tous besoin…

Ensuite, rester en mouvement! Garder une dynamique pour le corps. Même si on est en appartement, essayer de se ménager une petite séance de sport, même de la gym douce. L’idée n’est pas de réaliser des performances mais juste de faire bouger son corps. C’est doublement bénéfique car ça fait du bien aussi au cerveau.

Je continue avec un principe qui peut paraitre basique mais, il faut penser à prendre l’air. Si vous êtes en appartement, mettez-vous à la fenêtre !Sentez l’air sur votre peau. Faites un petit tour dans le jardin si vous avez la chance d’en avoir un. Petit geste routinier mais qui lui aussi fait beaucoup de bien à votre cerveau. Et puis, c’est aussi bon pour votre intérieur : pensez à aérer au moins dix minutes par jour.

Vous l’aurez compris. Il y a beaucoup de petites routines à instaurer. Elles nous structurent et nous aident à tenir le cap. Mais ce n’est pas une raison pour laisser dormir l’artiste qui sommeille en vous : libérez vos envies créatives : chant, dessin, pâtisserie, jardinage (sur balcon ! ),….

Et enfin penser à rêver ! (Et ça, ça marche aussi après le déconfinement) .  Le cerveau se nourrit de nos pensées positives, alors consacrez un temps pour vous isoler et vous imaginer dans un endroit agréable .

Un grand merci Mélanie !

Pour contacter Hane Coaching : de préférence par mail hanecoaching@gmail.com ou téléphone au 0673536950. le site web est en construction!

* Être Fileuse ou Fileur, c’est appartenir à la tribu du Filentrenous, des personnes reliées entre elles par une vision réaliste mais néanmoins joyeuse de la vie. Un évènement marquant comme une maladie, un échec professionnel, un coup dur nous a marqués et conduits à revoir nos priorités. Nous plaçons la qualité des relations au centre : l’amitié, la transmission, l’humour, le respect du vivant. Ma tribu est contributrice pour mon blog .

Laisser un commentaire