DICTIONNAIRE AMOUREUX DE L'AIDANT, TEMOIGNAGES

Mon livre et moi, on se lance dans le Crowdfunding !

Mettre une tranche de vie en récit…

Le 8 avril dernier, j’ai lancé une campagne Crowdfunding pour soutenir l’édition de mon livre !

Le 8 avril dernier, j’ai lancé une campagne Crowdfunding pour soutenir l’édition de mon livre !

Mettre une tranche de vie en récit…

dico crowdfunfing aidant

Le “ Dictionnaire Amoureux de l’Aidant ” est un recueil de chroniques sur la vie d’Aidant, ou plutôt d’une Aidante!

Il vise à sensibiliser à ce sujet de société,  personnel mais universel, au travers d’un témoignage positif et constructif : le mien ! J’ai accompagné ma maman pendant 18 mois, de l’annonce de sa maladie, un cancer, jusqu’à son dernier souffle.

Le “ Dictionnaire Amoureux de l’Aidant ” est un récit personnel mais pas que ! Il se veut sincère, utile, joyeux, décalé, constructif. Il parle de famille, de la maladie, mais aussi d’amour, de films et de livres inspirants, de danse, d’amitiés, et aussi de bouchons !

Dédié à tous les Aidants, je l’ai pensé pour qu’il puisse soutenir, réconforter ceux qui accompagnent un proche dans la maladie ou la dépendance !

Mon « Dictionnaire Amoureux de l’Aidant » se retrouve aujourd’hui dans une campagne crowdfunding !

Crowdfunding, en bon français, signifie, « Récolter des fonds dans la foule ! »

Pourquoi cette levée de fonds ? Pour couvrir les frais engagés et nourrir les projets liés à ce livre :

dico aidant crowdfunding

Cela m’a pris presque 4 ans pour écrire ce livre!

Pendant cette période, je me suis faite accompagner par des prestataires : en Infographie (Charlène), en Coaching littéraire (Régine), en corrections d’orthographe et relecture (Marie) et maintenant, viennent les étapes suivantes : Édition et Impression !

Ensuite, je compte faire vivre mon dictionnaire, au cours de conférences sur l’aidance (Les salariés Aidants dans les Entreprises, notamment), mais surtout au travers de la création d’un collectif dédié aux Aidants (Danse, Art Thérapie, Groupes de paroles,  Formations spécifiques, ….).

De manière plus indirecte, cette campagne est aussi destinée à « faire du bruit » sur cette thématique : Qui dit campagne crowdfunding, dit campagne de communication. La plateforme Ulule, de par son envergure, touche une large audience et donne de la visibilité au sujet.

crowdfunding dictionnaire

Le revers de la médaille avec cette plateforme Ulule, est qu’elle ne verse la cagnotte, que si le montant demandé est atteint ! Je profite donc de cet article pour solliciter votre générosité, même symbolique : pour cela, 💡C’est très simple : il suffit de cliquer ici .

Mon équipe « Dictionnaire »

Ce livre est l’aboutissement de 4 ans de travail, donc, mais aussi et surtout de 4 ans de vie, tout court !

Et, dans une tranche de vie il y a une foule de choses : sa petite famille, ses ami.e.s, ses relations de travail, son kiné, les médecins, les gens que l’on croise, même un court instant et qui, par la grâce d’un mot ou d’un sourire, vous redonnent le goût….

Bien évidemment, dans ma Team, il y a mes proches, mes amours, mes amis, mais je souhaiterais  mettre aujourd’hui le projecteur sur les personnes qui m’ont aidée à la réalisation matérielle de ce livre.

Hormis, mes plus proches qui m’ont relue et corrigée, j’ai fait appel à une correctrice relectrice, ainsi qu’à une coach littéraire. Je prépare son portrait pour un prochain article, mais dès à présent, je souhaiterais vous parler de Charlène, qui m’accompagne depuis le tout début de mon projet.

Charlène, infographiste, Community Manager, Conseil en Stratégie Com, Coach de Projet !

C’est bien simple : toute la partie visuelle du dico, c’est elle ! La mise en page, la direction artistique, et le résultat est vraiment un joli reflet de sa sensibilité : douce, élégante, sobre mais joyeuse, …Des couleurs, de la douceur !

Elle a l’esprit d’équipe, même si nous formons une toute petite équipe! Même à distance, elle a su me rebooster, me remotiver quand j’en avais besoin, dans les moments de découragement, et ils furent nombreux ! Elle trouve toujours l’idée qui dépanne, qui fait la différence.

Je lui suis infiniment reconnaissante….🤍

Pour conclure…

Je vous invite à aller faire un tour sur ma campagne. Je serais fort étonnée que le sujet ne vous interpelle pas ! Promenez vous dans mon blog, pour voir à quoi à ces chroniques font référence, et juger si vous appréciez mon style !

N’hésitez pas en parler autour de vous!

Pour ce livre, j‘ai dû sortir de ma réserve naturelle, je me suis exposée dans une campagne de communication, ainsi que mes proches, pour contribuer à ma manière, à faire parler de ce sujet qui me tient à cœur.

Je compte sur vous ! #tuaidesjetaide

LES FILEUSES, TEMOIGNAGES

Aidant familial, une vocation ? Témoignage d’Isabelle

Isabelle et moi avons souvent eu des discussions autour des « choses de la vie » : la famille, la carrière, les loisirs, les amis, les projets. Elle était à mes côtés quand la maladie a frappé maman. A l’époque, nous travaillions ensemble et elle était aux premières loges de mon désarroi. Elle a été une présence indéfectible et une oreille attentive et bienveillante… Ce sont des choses que l’on n’oublie pas.

Aujourd’hui, elle  vit une situation similaire. Elle a accepté de nous faire partager cette expérience, au travers de son analyse et de ses ressentis. Elle pose des mots directs et clairs sur sa situation d’aidante en se livrant avec sincérité sur une situation à la fois universelle et personnelle : accompagner son parent dans la maladie.

Je la remercie du fond du cœur de ce témoignage intime.

Aidant familial, une vocation ? Devient-on aidant.e ou naît-on aidant.e ?

RESEAU ASSOCIATIF, TEMOIGNAGES

Plaidoyer pour les Aidants : 24h/24, 7j/7, 365j/an : Quel répit ?

Le collectif « Je t’aide – Journée nationale des Aidants  » a initié la rédaction de ce plaidoyer en janvier 2020 . Soit juste avant le début de la crise sanitaire du COVID-19. Les témoignages datent de ce “monde d’avant” le confinement.

Les aidants en première ligne

Les aidant.e.s ont été en première ligne pour permettre de faire de la place dans les hôpitaux au début de la crise. Pendant le confinement, alors que les intervenant.e.s à domicile, les professionnel.le.s de l’accompagnement, les infirmier.e.s, étaient indisponibles, ce sont les aidant.e.s qui ont pris le relais.

Pour beaucoup d’entre eux.elles, la crise a considérablement augmenté le poids de l’aide prodiguée. L’analyse des impacts a déjà été lancée dans une étude, pour recueillir “à chaud” leur témoignage .

Le besoin de répit qui est le cœur du sujet de ce plaidoyer, est plus que jamais urgent. Pour le lire, rendez-vous sur ce lien

TEMOIGNAGES, VU DANS LA PRESSE

Les coupeurs de feu, ces mystérieux guérisseurs qui apaisent les brûlures.

Article de Juliette Bénabent pour Télérama

Longtemps ignorés par la médecine, les coupeurs de feu guérissent les brûlures de la radiothérapie, les zonas, apaisent la douleur…

Leur nom circule par le bouche-à-oreille. Longtemps ignorés par la médecine, les coupeurs de feu guérissent les brûlures de la radiothérapie, les zonas, apaisent la douleur… On ne sait pas comment, mais ça marche.
À la clinique de Perpignan, on ne lui avait rien dit. Ni qu’elle serait douloureusement brûlée par les rayons de la radiothérapie, qui ciblaient une tumeur au sein droit. Ni que des gens, appelés coupeurs de feu, peuvent parfois apaiser la douleur. Après quelques séances de rayons, Christine, 52 ans, s’est retrouvée brûlée au troisième degré. Elle montre des photos : son sein, son aisselle, son cou, à vif. « Ma peau partait en lambeaux », raconte cette petite femme pimpante, qui a teint en rouge vif ses cheveux repoussés depuis la fin du traitement, il y a un an.


Devant ses douleurs « insoutenables », son médecin l’a mise sous morphine. Une infirmière venait changer ses pansements trois fois par jour. Alors Christine s’est souvenue du monsieur qui avait, un jour, guéri sa grand-mère d’un zona. « Je l’ai appelé, il m’a reçue le jour même. Je me suis allongée sur la table de son cabinet, il a mouillé ses mains et les a posées sur mes brûlures, à travers les pansements. J’ai senti la chaleur de ses paumes et, en quelques minutes, la douleur s’est éloignée. J’ai fondu en larmes : enfin quelqu’un m’aidait, c’était la fin d’un cauchemar. »

RESEAU ASSOCIATIF, TEMOIGNAGES

Maisons de vie, maisons d’envies : Une écrivain nous livre une nouvelle délicate sur la fin de vie.

La fin de vie, la maladie, la mort : voilà des sujets susceptibles de concerner chacun d’entre nous un jour ou l’autre, en tant que malade ou en tant que proche aidant, et ce quel que soit son âge.

Ce ne sont pas des sujets auxquels on n’a pas envie de penser, que l’on cherche plutôt à éviter et pourtant : il est possible de faire de la fin de vie un moment serein, encore riche de moments doux avec ses proches. Un peu partout en France, des gens se battent pour faire émerger des Maisons de Vie, qui permettront à chacun de vivre sa vie jusqu’au bout dignement, des lieux qui offriront du répit aux proches aidants et qui leur donneront l’opportunité de se retrouver sans que la maladie ne vienne interférer.

Hélène Blockelet

Mais comment expliquer cela au plus grand nombre ? Comment sensibiliser le grand public à ce sujet tabou ? L’association « Maison de vie, Maison d’envies », dans les Côtes d’Armor, a décidé pour cela de faire appel à une écrivain, Hélène Blockelet, pour écrire une nouvelle qui interpellerait les lecteurs et les aiderait à comprendre le principe et l’intérêt d’une maison de vie.

Sensibiliser le public avec une nouvelle

Cette nouvelle, la voici. La fin sera à découvrir en suivant ce lien qui vous conduira au site de l’association…

TEMOIGNAGES, VU DANS LA PRESSE

Un bar à vins en service palliatif !

A l’occasion de la journée mondiale des soins palliatifs, ce samedi 12 octobre, je relaie un article de la Revue du Vin de France, qui présentait dans un article de septembre une belle et originale initiative.

Le docteur Virginie Guastella est à l’initiative de l’ouverture d’un bar à vins au cœur du service des soins palliatifs du CHU de Clermont-Ferrand. Elle nous explique le sens de sa démarche.

TEMOIGNAGES

Aidant jusqu’à l’épuisement

Ce sont 11 millions de Français qui aident au quotidien un parent, un enfant, un ami malade. Vous en faites peut-être partie, vous aussi. C’est un dévouement de tous les jours, épuisant et chronophage, qui n’est souvent pas entendu, pas compris. Alors que faire pour soulager les aidants ?

Retrouvez ici l’émission « le téléphone sonne » (France Inter) du mercredi 2 octobre, consacré à ce sujet.

Ils jouent le rôle de couteau suisse. Soutien moral, aide à la toilette, gestion des tâches administratives et du quotidien, surveillance dans la prise des médicaments. Ces attributions, elles ressemblent en grande partie au travail d’un aide-soignant, un professionnel. Pourtant, tous ces gestes sont pratiqués par des personnes sans formation particulière. Hélène Rossinot est médecin et spécialiste de santé publique :

On peut arriver à avoir des aidants en burn-out, épuisés.

ADMINISTRATIF, RESEAU ASSOCIATIF, TEMOIGNAGES

Mon premier Café des Aidants

La semaine dernière, je me suis rendue à la réunion mensuelle du Café des Aidants.

Accueillie par Gaëlle la Co-animatrice, je découvre une grande pièce lumineuse et accueillante, qui ressemble à une salle de médiathèque avec ses étagères, ses tables, chaises mais aussi fauteuils colorés et chaleureux, des assiettes de friandises et autres douceurs sucrées qu’on devine réconfortantes.