HUMEURS

Dictionnaire Amoureux de l’Aidant : P comme Patrimoine

Le Patrimoine” de Philip Roth, une histoire vraie.

Quatrième de couverture : Ce récit, écrit à la première personne, raconte la lente maladie du père de l’auteur âgé de quatre-vingt-six ans, sa lutte obstinée pour vaincre la tumeur au cerveau qui finira par l’emporter. Dans ce combat contre le drame de la vieillesse, le fils guide et assiste le père jusqu’à s’identifier à lui. Patrimoine est une histoire vraie (comme le précise le sous-titre) dont Herman, le père, plus encore que le fils, est le barde. Une histoire cruelle et émouvante, que l’intégrité d’Herman, son refus de l’héroïque et de l’édifiant préservent pourtant de la complaisance et du sentimentalisme. Un récit qui proclame l’infinie complexité et la permanence de la vie, la nécessité de se souvenir, de ne rien oublier, car “être vivant, c’est être fait de mémoire. Si un homme n’est pas fait de mémoire, il n’est fait de rien”. Une élégie d’horreur et de compassion, mais aussi d’amour.

J’ai longtemps repoussé la lecture de ce livre.

J’ai longtemps repoussé la lecture de ce livre. Mais une fois décidée, je l’ai lu d’une seule traite. Il m’a submergée. Par l’analogie de la trajectoire et les similitudes de caractères – autoritaires et peu ouverts – de nos ascendants. Une histoire de génération sans doute…

TEMOIGNAGES, VU DANS LA PRESSE

Catherine Laborde, sur Parkinson “Quand ma main bouge trop, je pense à un petit oiseau qui tremble”

catherine labordeInterview de Catherine Laborde, écrivain et ancienne présentatrice météo, qui nous livre un témoignage touchant sur son parcours de malade et le rôle de ses proches aidants.

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/52de8ed6-5623-491e-ac05-28ce47522318” target=”_blank” rel=”noopener”>Catherine Laborde, sur Parkinson “Quand ma main bouge trop, je pense à un petit oiseau qui tremble”