slow cinema aidant
HUMEURS, SLOW LIFE, TEMOIGNAGES

“FALLING” Premier film de Viggo Mortensen

“FALLING” de Viggo Mortensen devait sortir ce mercredi 4 Novembre.

J’ai eu la chance de voir ce film en « avant première » au Grand Prix Cinéma ELLE 2020 mi-septembre.

slow cinema aidant
Jurée au Grand prix du Cinéma ELLE – Septembre 2020

Quand on a été aidant, quand on est aidant d’un parent qui perd son autonomie mais garde une partie de sa lucidité, comment ne pas se projeter dans ce film et ressentir le désarroi ce ce fils dévoué? Pourtant, le film ne se réduit pas à cela, et ce qui se passe et s’exacerbe dans ces moments de fin de relation. Il évoque toute la palette des sentiments qui colorent une vie : les relations parents enfants, la famille, la nature, l’amour et la perte de l’amour.

slow cinema aidant

Voici le résumé/critique que j’avais fait, bouleversée, à la sortie de la salle. ….Bouleversée aussi car pour cause de crise sanitaire, Viggo Mortensen n’avait pu en personne venir présenter le film – nombreux cris de désespoirs dans la salle – et nous avait à la place adressé un message vidéo touchant et sincère… Un regard empli d’intelligence et de bonté, un français impeccable, la grande classe ….Inspirant .

FALLING : premier film sincère et poétique

Qu’est ce qui fait qu’on aime un « homme des bois »? Une certaine douceur dans le regard, un rapport à la nature. Qu’est ce qui fait qu’on n’aime plus un « homme des bois » ? Une forme de violence dans le quotidien, le manque de mots pour exprimer ses sentiments.

Avant d’être un père sénile, vulgaire et cruel, Willis fut un homme aimant. Le premier plan du film montre son regard et sa caresse d’une douceur infinie pour sa femme endormie dans la voiture et les précautions qu’il prend pour la réveiller. Mais on comprend rapidement, aux premiers mots envers son bébé, que son affection sera rude et limitée dans son objet et dans son expression.

Alors que John, son fils adulte, fait tout pour rendre les derniers de sa vie plus confortables et plus apaisés, la violence reste de mise . Elle a grandi elle aussi, avec le temps et les frustrations. Les mots racistes, cruels envers les femmes de sa vie, ses enfants et petits-enfants, envers un société selon lui trop libérale, sont les seuls qu’il parvient encore et encore à exprimer. Face à lui, le regard et les gestes doux de son fils. Inlassablement. Accepter cet héritage de violence, comme un écho à « History of Violence » où Cronenberg confiait à Viggo Mortensen le rôle d’une homme paisible dans une vie campagnarde rattrapé par son passé. L’accepter, car la vie est telle et qu’elle nous inflige des choses brutales contre lesquelles on ne peut pas grand-chose à part se marier avec l’être aimé, élever du mieux possible une petite fille mexicaine, piloter au-dessus des nuages, boire sobrement, prendre soin de son jardin . Prendre soin de soi et des autres.

Le film ma fait l’effet d’un Terence Malik  mais avec des dialogues : la nature et sa beauté permanente, l’amour, la famille, les saisons de la vie. Beaucoup de personnel dans ce premier film de Mortensen, on lui excuse donc quelques petites longueurs et quelques répétitions, notamment dans la vulgarité cruelle du père. Elle est tempérée par les instantanés de nature, de rivière, de forêt.

Pour avoir vécu une situation parallèle, mais beaucoup plus apaisée,  je comprends sa volonté de saisir tout ce que l’on peut des derniers instants, même si c’est injuste, douloureux ou obscène. Ne pas avoir de regrets.

SLOW LIFE, UTILITES & FUTILITES DU QUOTIDIEN

Prendre le temps pour une rentrée plus sereine

Dans un climat général plutôt marqué par l’incertitude, comment se donner les meilleures chances d’appréhender la rentrée de manière sereine ? Back to basics, rappel de quelques fondamentaux….

Inspirer, expirer : travailler sa respiration !

Bien souvent, lors de périodes un peu agitées ou chargées, on se surprend « en apnée », le ventre gonflé et l’esprit obnubilé par une idée qui tourne et retourne dans la tête. Il me semble indispensable de savoir – ou de se rappeler – que le lâcher-prise commence par des exercices respiratoires. Bien respirer peut vraiment avoir un impact immédiat sur le corps et sur l’esprit, un réel apaisement instantané.

  • Petit exercice de respiration hyper simple
  • Expirer sur 3 temps
  • Bloquer sur 3 temps
  • Inspirer sur 3 temps
  • Bloquer et ainsi de suite, 3 fois de suite.
  • Quand le mouvement est maîtrisé, vous pouvez tenter d’allonger les cycles.
  • 10 minutes par jour suffisent

Bien respirer doit devenir une petite routine. D’ailleurs, elle constitue l’échauffement de sports doux tels que le yoga, le pilâtes, ou autres dérivés d’arts martiaux asiatiques tels que le Gi-Gong et bien évidemment, la méditation.

En complément à cet exercice de base, il faut parvenir à canaliser son esprit pour rester attaché, ancré, dans le moment présent, ne pas ressasser le passé ou se soucier de ce qui pourrait arriver. Travailler l’ »Ici et maintenant »… Facile à dire…

SLOW LIFE

Connaissez-vous le mouvement SlowFlower?

Le mouvement SlowFlower, en provenance des pays anglo-saxons arrive tout doucement, chez nous. Il a commencé à être mis sous les projecteurs dans le courant de l’année 2018, et je vous propose quelques bonnes raisons de l’adopter :

renoncules slow flower

Ça a du sens : on se préoccupe de la traçabilité de notre nourriture, alors pourquoi pas de celle de nos bouquets ? Près de 90% des fleurs coupées sont importées, et pour la plupart, chargées en conservateurs chimiques pour assumer le temps de transport.Comme pour SlowFood dans l’alimentaire, SlowFlower mise sur le local et le respect des saisons.

Même en hiver, c’est beau…Les mois d’hiver ont leurs légumes et leurs fruits. On peut trouver des renoncules du Var, des tulipes provenant de la Sarthe, des roses de Noël, des violettes d’Occitanie, des anémones locales,…bref, les fleurs du jardin (ou pour moi de la garrigue)!

Et puis, ce n’est pas plus cher ! La proximité géographique permet une réduction des coûts, répercutée sur le prix de vente. Pas de frais de transport ou d’inflation liée à la cotation boursière (notamment pratiquée aux Pays Bas). En choisissant local, on aide ainsi au maintien de la filière horticole française. Rappelons qu’en dix ans, sous la pression de la concurrence étrangère, un producteur sur 2 a disparu!

C’est facile à trouver : il y a forcément un fleuriste SlowFlower près de chez vous. Pour le trouver , on peut chercher sur labelfleursdefrance.fr.  le Collectif de la fleur française, répertorie les fleuristes garantissant au moins 50% d’origine française sur leurs étals ainsi que des horticulteurs soucieux du respect de l’environnement.

coquelicot slow flower

Bon, acheter des fleurs n’est surement pas la priorité du moment. Mais pensons à l’après, pensons au beau et à ce qui nous rend heureux. Comme j’ai la grande chance d’habiter au plus près de la nature, dans la garrigue, j’ai tout loisir pour en profiter lors de chacune de mes sorties matinales, autorisées. Il m’arrive d’en cueillir pour moi et pour en laisser sur le boite aux lettres de ma voisine, une mamie de 80 ans, en pleine forme, très positive et solidaire qui m’offre régulièrement des œufs tout frais ! Vive la vie à la campagne #Slow life